Partie 11 : Troubles légaux (1998-2000)

A la sortie de Windows 98, avec le départ de Brad Silverberg, Jim Allchin a enfin le contrôle complet sur la division Windows. Windows 98 est principalement un Windows 95 amélioré avec un début d’intégration d’Internet Explorer au système (Active Desktop), un support des appareils USB (connexion « plug and play »), et une plus grande stabilité.

Néanmoins, Windows 98 reste un Windows classique basé sur DOS et il devient urgent de passer tout les utilisateurs sur Windows NT.

En effet, même si la menace des processeurs de type RISC qui avait accéléré le développement de Windows NT quelques années plus tôt s’est avérée moins importante que prévue (les processeurs RISC pouvaient être en théorie plus performant, développer pour ceux-ci était beaucoup plus complexe), et que les processeurs x86 vont rester à court terme le standard de l’industrie PC, Intel ne compte pas améliorer l’architecture x86 au-delà de l’ère 32 bits. Le nouveau standard 64 bits d’Intel sera un processeur entièrement nouveau, nom de code «Merced »,  basé sur la technologie EPIC (Explicitly Parallel Instruction Computing), considérée comme le successeur du RISC.

Windows NT, portable, fonctionne déjà sur des processeurs RISC 64 bits existants (comme les processeurs DEC Alpha), il sera donc facile à transporter sur la nouvelle plateforme PC d’Intel, à l’inverse de DOS et Windows classique.

Un plan comprenant une série de mises à jour Windows jusqu’en 2001 est mis en place pour passer rapidement tous les utilisateurs sur Windows NT et enfin laisser de côté l’ancien Windows basé sur DOS.

Le projet NT 5 est en l’état trop ambitieux , il est impensable pour Microsoft d’arriver à une compatibilité drivers et applications assez riche pour satisfaire les clients Windows classiques dans NT 5.

NT 5 sortira donc uniquement pour les professionnels avec tout de même une amélioration de NTFS qui passe à la version 3.0 et des paramétrages de gestions des données, paramètres et comptes utilisateurs bien plus avancés que sur les versions précédentes. NT 5 sera également le premier Windows avec une version compatible avec la nouvelle architecture 64 bits d’Intel.

NT 5 sera suivi avant la fin d’année 1999 par une mise à jour mineure, NT 5.1 « Asteroid » qui corrigera les problèmes éventuels de NT5 et commencera à amener une compatibilité plus complète avec les drivers et programmes de Windows 95/98.

Enfin, en 2000, Windows NT 5.5 « NepTune » sera la première mise à jour majeure de NT 5, elle unifiera enfin Windows avec Windows NT et sera proposée à tous les utilisateurs sous Windows 98 ou NT 5.0.

NepTune sera suivi part « Triton » en 2001, une version mineure de correction puis le cycle continuera avec alternativement une version majeure ou mineure de Windows chaque année.

En parallèle à tout cela, 3 versions de Windows CE (Compact Embeded) sont prévues, il s’agit d’un Windows simplifié conçu pour le marché des appareils mobiles émergeant à la fin des années 1990. Microsoft espère ainsi à terme avoir Windows sur tout les appareils.

clip_image001

Windows Partout

Cependant, le développement de NT 5 prend du retard, et couplés aux problèmes légaux de Microsoft, les équipes se démoralisent.

Microsoft est en effet dans le collimateur de la justice américaine depuis le début des années 90, avec le succès de Windows 3.1 & 95 qui ont progressivement évincé les DOS concurrents, puis celui de la suite Office qui a fait de même pour le monde du traitement de texte et du tableur.

Avec l’intégration d’Internet Explorer dans Windows, c’en est trop pour le département de la justice qui lance une action contre Microsoft le 18 Mai 1998 pour abus de position dominante.

Lors de l’année qui suit, Bill Gates passe alors la majorité de son temps à répondre aux questions des juges pendant des séances qui n’en finissent pas. En effet, malgré les 97% de part de marché de l’OS de Microsoft, Bill Gates refuse d’admettre être en position de monopole et abuser de celle-ci.

Pourtant, Microsoft vient à l’époque de signer un contrat avec Disney pour avoir des publicités dans Windows 98 contenant une clause interdisant Disney d’avoir plus que des publicités textes sur Netscape. Quand une publicité Disney affiche le logo de Disney de façon graphique avec Netscape, Microsoft s’insurge et menace de rompre le contrat.

Bill Gates fait son maximum pour éviter de répondre directement aux questions des enquêteurs, il est évasif et fait tout pour faire durer les procédures. Lorsqu’on lui demande s’il a écrit un email « urgent » présenté comme preuve, il répond que non, il n’a pas écrit cet email urgent. Après un débat, il admet avoir taper des commandes sur un ordinateur qui a alors rédigé cet email pour lui, et que le « urgent » n’est qu’un paramètre de l’email réglé à l’envoi.

clip_image003

Bill Gates, lors d’une déposition qui durera une journée entière

Une série d’e-mails désastreux a vite fait de prouver la mauvaise conduire de Microsoft. « Détruire Java », « asphyxier Netscape », « est t-il possible de bloquer techniquement les dos concurrents via Windows ? ». Autant d’e-mails internes de Microsoft qui démontrent bien la volonté de la part de la compagnie de bloquer le marché. La défense de Bill Gates se réduit alors la plupart du temps à « je ne me souviens pas ».

Quand le juge ordonne à Microsoft de fournir une version de Windows sans Internet Explorer, Microsoft répond qu’ils donneront deux choix aux OEM. Une version de Windows obsolète qui date d’avant l’intégration d’Internet Explorer au système ou une version actuelle de Windows sans IE qui ne fonctionnera pas. « Vous pensez que je vous ai demander de proposer une version de Windows qui ne fonctionne pas ? » s’étonne le juge. Ce à quoi Microsoft répondra « Oui, vous voulez supprimer le code d’IE, on le fait, ça n’est pas notre faute si le résultat est un Windows non fonctionnel ».

Pendant que Gates est occupé par les problèmes légaux, Steve Ballmer, numéro 2, assure l’intérim pour diriger la compagnie.

Steve Ballmer connait Bill Gates depuis l’époque où ils étaient tous les deux étudiants à Stanford. La légende veut qu’un jour ou Bill Gates rentre chez lui pour les vacances de Noel, il oublie la porte et la fenêtre de sa chambre ouverte. Ballmer serait celui qui a sauvé la situation. Malgré leur différence, une amitié se forme entre les deux hommes : Bill Gates est un programmeur et un introverti, Steve Ballmer est un homme d’affaire qui aime rencontrer des gens et s’amuser.

Plus tard, alors que Microsoft était encore une petite startup de 30 employés, Steve Ballmer est engagé pour aider la bande de geek à diriger l’entreprise. Il récupérera au passage 7% de la compagnie en actions.

Malgré son manque de compétences techniques, il fut instrumental à la réussite de Microsoft dans les moments difficile, comme la séparation IBM-Microsoft-OS/2 au début des années 1990.

Dès son passage aux commandes, il passe 150h en tête à tête avec des centaines d’employés des divisions Windows, Office et MSN « qu’est ce qui ne va pas dans la compagnie ? » demande-t-il. « Comment peut-on améliorer les choses ?» . Ballmer découvre alors à quel point les équipes sont démoralisées par les problèmes juridiques de Microsoft et les divisions internes qui se sont formées depuis le début des années 1990.

Fin 1998, Ballmer organise une réunion avec les 50 principaux exécutifs Microsoft. « Les produits Microsoft sont devenus trop compliqués », « le développement de Windows est tellement en retard sur le planning prévu que plus personne dans la compagnie n’essaye de suivre les plannings », « les conflits entre les différentes équipes font perdre un temps et des ressources énormes à Microsoft ». Bref, il faut que les choses changent.

Alors que le développement de NT 5 n’en finit pas, une nouvelle menace apparait pour Microsoft. Des dizaines de distributions Linux deviennent disponibles et populaires au fil des années. Pire, elles ont déjà ce que Microsoft tente d’avoir avec NT 5, une stabilité exemplaire. Steve Ballmer décide alors de reprendre les choses en main.

Alors que NT 5 devait à l’origine sortir pour fin-1997-début-1998, le projet n’a maintenant même plus de date de sortie claire. Le report de l’unification avec Windows classique et de la version 64 bits pour NepTune n’ont rien changé, lorsque la version beta 1 de Windows NT 5 sort en Septembre 1997, elle est quasiment inutilisable.

Un an plus tard, fin 1998, la beta 2 est encore loin d’une version finale. Steve Ballmer remplace alors Moshe Dunie, qui dirige l’équipe NT 5 (sous Jim Allchins, qui dirige la section Windows combinée) par Brian Valentine. Valentine a pour mission de remettre NT 5 sur les rails.

Arrivant sur place, Valentine découvre que le projet part dans tous les sens. Il demande aux programmeurs « quand est-ce que vous pensez que vous allez vous arrêter ? à quel moment NT 5 sera-t-il finit ? » Les programmeurs ne savent pas eux même.

Valentine réduira alors le projet au minimum et au plus important pour finir NT 5 rapidement. On ne développe plus que le NT 5 standard 32 bits, les versions 64 et la mise à jour NepTune qui continuaient d’être développées en parallèle attendront.

L’un des projets les plus important de l’équipe est celui de la mise à jour du shell Windows, prévue de longue date. Alors que Windows 98 a fait un premier pas avec ActiveDesktop pour amener l’HTML et le moteur d’Internet Explorer sur le bureau Windows, l’équipe NT veut aller beaucoup plus loin en mélangeant Win32, html et css.

Ces applications (nommées applications Forms+) tourneront avec le moteur d’Internet Explorer, floutant encore plus la distinction entre le web et les applications locales.

Il est prévu des « Activity Center » ou Centres d’activités qui utiliseront ces technologies pour remplacer les applications intégrées à Windows.

Parmi ces centres sont prévus : Un Media Center, un Photo Center, un Help Center, Windows Update, System Recovery et un écran d’accueil.

clip_image005

Ecran d’accueil

clip_image006

Centre Musique

clip_image008

Centre Photos

L’utilisation du HTML et du CSS permettra à l’interface de s’adapter facilement à la taille de la fenêtre ouverte et à toute résolution. De plus, les centres auront une barre de navigation standard, similaire aux boutons précédant/suivants d’un navigateur web.

L’interface simple et propre, basée sur HTML correspond bien à l’envie de Ballmer de simplifier Windows. Un nouvel utilisateur arrivant sur l’écran d’accueil serait beaucoup moins perdu que sur le bureau Windows. De plus, une telle interface aiderai Windows à fonctionner sur les appareils autre que les PC classique.

Le projet est intéressant mais n’est pas assez avancé, Les Activity Center sont au final repoussés à la prochaine version de Windows.

Petit à petit, sous l’influence de Valentine, le projet NT5 est remis en ordre. Windows 98 étant la dernière version de Windows « classique » et NT étant le Windows du futur, il est décidé d’abandonner le nom NT. Windows NT 5 devient Windows 2000.

Windows 2000 étant sur les rails, Steve Ballmer s’occupe alors de la division MSN, qui coute beaucoup plus à Microsoft qu’elle ne rapporte. La section MSN vient de plus de faire un achat couteux pour la compagnie, 400 millions de dollars pour Hotmail, un webmail gratuit qui devient le service email officiel de MSN.

clip_image010

MSN Hotmail

Ballmer prend alors le contrôle direct de la division MSN et en profite pour découvrir Internet qu’il connait à peine à l’époque. Il scinde et donne rapidement son indépendance à la filiale Expedia, moteur de recherche pour réservations d’hôtel et de vols pour les voyages.

Ballmer ne sait au final pas vraiment quoi faire de la division MSN, et pourtant, il y voit du potentiel. MSN est en 1999 le 3e site le plus consulté au monde. Ballmer rappelle alors l’homme qui a le mieux compris le web à Microsoft : Brad Silverberg.

Silverberg n’est pas très enthousiaste à l’idée de revenir travailler à Microsoft mais hésite quand Ballmer lui propose de contrôler MSN, Internet Explorer et la version standard de Windows.

Il finit tout de même par refuser. S’il revient, il passera le plus clair de son temps à se battre à nouveau avec la division d’Allchin qui ne sera jamais d’accord avec lui.

Pour lui, Microsoft ne gagnera pas la bataille du web en passant par Windows. La preuve, Windows CE, le Windows conçu pour les petits appareils et les téléphones portables, peut utiliser une partie des API Win32 et donc être facilement compatible avec les applications Windows et Windows NT. Ça ne l’aide au final pas, PalmOS de Palm et Symbian de Nokia sont tout aussi populaires que Windows CE pour les PDA et feature-phones.

clip_image012

Windows CE 2.0 pour PDA

Ballmer confiera finalement l’équipe MSN à d’ancien membres de l’équipe de Silverberg. En 1999, un de leurs premiers projets sera de développer le service MSN Messenger, service de messagerie instantané de Microsoft. A l’époque, AIM (Aol Instant Messenger) et ICQ (I seek you) étaient les deux services de messagerie instantanée les plus populaires, avec des dizaines de millions d’utilisateurs.

Le client Messenger doit faire aussi bien que les autres, et ajouter des fonctionnalités nouvelles. De plus, il doit s’intégrer avec les comptes MSN et Hotmail. Un compte Hotmail doit être utilisable sans soucis sur Messenger. C’est la naissance du « Microsoft Passport », ancêtre du compte Microsoft actuel.

Afin d’obtenir des utilisateurs le plus rapidement possible, Messenger sera compatible avec AIM. Microsoft décode pour cela le protocole d’AIM. Aol changera son protocole plusieurs fois par la suite, obligeant les développeurs de Messenger à suivre.

C’est cependant un succès et Messenger devient en quelques années le système de messagerie instantané le plus utilisé.

clip_image014

MSN Messenger Service

De son côté, l’équipe de Brian Valentine avance bien sur Windows 2000. La béta 3 du système sort en Avril 1999 et est un véritable succès. Elle est considérée meilleure que toutes les versions stables de Windows que Microsoft a jamais sorti. Afin de combler le vide créé par le retard de la future version de Windows NT pour les utilisateurs de 98, une dernière version de Windows classique est annoncée pour sortir en parallèle avec Windows 2000 : Windows Millennium.

Windows 2000 sort finalement le 17 Février 2000, et est considéré par tous comme le Windows le plus complet et le plus stable jamais sorti.

clip_image016

Windows 2000, une évolution mineure du shell mais majeure du système

De son côté, Millenium est principalement une évolution mineure de Windows 98, sur laquelle le mode DOS réel est caché (et rendu inaccessible), le shell Windows est également mis à jour pour ressembler à celui de Windows 2000.

A l’origine, l’équipe en charge de Millenium espère tout de même intégrer les « Activity Center » initialement prévus pour NT 5 et NepTune. Millenium étant un OS pour les utilisateurs particuliers, de nouveaux centres font leur apparition. On a maintenant :

Le centre photo, ou on doit pouvoir gérer et modifier les images.

Le centre musique ou on doit pouvoir gérer, lire et enregistrer de la musique.

Le centre jeux pour gérer les jeux et appareils liés (manettes, …).

Le centre d’aide, lié à une base de donnée d’aide en ligne.

Le centre réseau, pour configurer les connections réseaux et internet.

Cependant, la technologie fusionnant HTML et Win32 n’est toujours pas prête, et les activity center seront au fil du développement remplacés par des fonctions traditionnelles dans le panneau de configuration Windows. Le centre de musique, lui, deviendra une nouvelle version de Windows Media Player.

La version finale des activity center est encore une fois repoussée à la version suivante de Windows.

clip_image018

Système Restore, une nouvelle fonction de Windows ME, à l’origine un activity center

clip_image020

Activity center du centre aide et support

Windows ME (Millennium Edition) est disponible le 14 Septembre 2000 et prend des critiques très violentes de la presse et des utilisateurs.

Après un Windows 2000 stable, un dernier Windows à l’ancienne parait peu stable. Il sera au final très peu utilisé par les utilisateurs qui choisissent la majorité du temps de rester sous Windows 98.

clip_image022

Windows ME ressemble comme deux gouttes d’eau à Windows 2000

Steve Ballmer devient officiellement le CEO de Microsoft en janvier 2000 et Bill Gates prend le titre de « Chief Software Architect », son rôle étant maintenant de diriger la vision technologique globale de la compagnie.

Alors que les choses s’améliorent lentement pour le développement des produits Microsoft, c’est la catastrophe au niveau légal.

En Avril 2000, Microsoft est jugé coupable d’avoir abusé de sa position dominante pour imposer ses produits et la justice souhaite démanteler la compagnie. Alors que Gates et Ballmer pensent pouvoir combattre la décision, le juge déclare l’affaire terminée. Microsoft a perdu, « on n’a pas laissé les japonais décréter les termes de leur acte de capitulation en 1945 ».

Microsoft fait évidemment appel et Steve Ballmer est cette fois prêt à admettre les tords de Microsoft, à négocier et à offrir des concessions à la justice américaine.

Lorsqu’on lui dit que Microsoft est une compagnie controllée par un homme : Bill Gates, Ballmer répond  « Vous n’êtes peut être pas au courant, mais aurjoud’hui, c’est moi qui commande ».

Microsoft sera finalement contraint à modifier ses accords avec les OEM afin d’autoriser ceux-ci à vendre des PC avec des systèmes d’exploitations et/ou applications intégrées autres que celles de Microsoft.

Microsoft restera sous contrôle de la justice américaine pendant une décennie mais il n’y aura pas de démantèlement. En 2001, la compagnie est sauvée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s